top of page

La parole : amie ou ennemie de l'éducation canine ?

À travers cet article, nous allons aborder une synthèse sur la communication verbale du maître envers son chien et quels sont les aspects positifs et négatifs de cette verbalisation : beaucoup parler à son chien est-il productif pour l’éducation ? Ne pas lui parler est-il bénéfique ? On vous explique !



Comprendre la communication du chien :


Dans un premier temps, il faut comprendre que l’interaction par la parole est d’abord induite par l’humain puisque le chien ne fonctionne pas dans sa communication naturelle via le verbal mais via la gestuelle que ce soit avec ses congénères ou que ce soit avec l’humain (signaux d’apaisement par exemple). En effet, le code canin passe principalement par une analyse corporelle de l’individu avec lequel il interagit bien que certaines sonorités soient émises selon l’état émotionnel dans lequel il se trouve et l’information qu’il souhaite transmettre à l’autre chien ou à l’humain (aboiements et grognements par exemple). Grâce à des millénaires de domestication et à de remarquables facultés d’adaptabilité et d’apprentissage, nos chiens sont capables d’interpréter et de comprendre notre communication verbale. Mais n’oublions pas qu’en moyenne le chien comprend l’humain à 70 % par la gestuelle et à 30 % par la parole : alors qu’en tant qu’être humain, nous communiquons presque uniquement via des interactions verbales. Nous avons donc une grande exigence et de grandes attentes de la part de notre chien pour qu’il comprenne verbalement nos demandes alors que ce n’est pas sa façon de fonctionner naturellement. Donc de manière purement théorique (car chaque profil de chien est unique et les situations varient), le chien comprendra mieux la gestuelle que la parole, bien qu’avec le temps et avec de l’entraînement, le geste et la parole peuvent être compris de manière équivalente.


En sachant cela, est-il alors vraiment nécessaire de parler à son chien ?


La réponse est bien évidemment oui puisque le chien est très adaptable et que notre communication passe d’abord par des mots. Par ailleurs, notre monde est configuré de telle sorte que pour protéger le chien d’éléments dangereux, il sera préférable que l’humain prévienne ou anticipe un danger en parlant si le chien est loin ou « verrouillé » sur quelque chose. De plus, dans le cadre d’un comportement très émotionnel voire excessif, l’humain sera le guide pour amener le chien vers le bon comportement et pour prendre une bonne décision. Le chien aura besoin dans la majeure partie des situations d'être guidé par les mots. Ainsi, il n’est pas mauvais de parler à son chien car c’est notre communication naturelle qui sera toujours émise dans un premier temps sans réfléchir et qui permettra de guider le chien, ce qui permet une communication fluide.


Mais alors dans quels cas est-il mauvais de parler à son chien ?


Si les mots sont répétés à tue-tête, de manière non structurée, avec une intonation très forte voire violente : le chien sera perdu car les indications ne seront pas cohérentes et il pourra les vivre comme une pression psychologique voire faire une association négative avec le terme utilisé. De plus, verbaliser peut être intéressant dans un cadre émotionnel afin d'aider chien à s’apaiser ou à réaliser un autre comportement pour ne pas s’enliser dans un comportement excessif. Si le chien est stressé, le rassurer avec une voix douce et calme l’aidera à s’apaiser. Si le chien est en hyper excitation, une voix calme lui permettra de se canaliser. Bien évidemment, tout cela doit être accompagné par une bonne éducation et un bon timing dans la réalisation des demandes : la voix et l’intonation du maître viennent soutenir les bases éducatives pour les rendre encore plus qualitatives. Il est également préférable de ne pas parler si l’intonation émise par le maître est renforçateur d’une émotion ; si le chien est très stressé par une situation et que le maître l’est aussi et qu’il n’est pas prédisposé à redescendre dans l’intensité verbale alors le geste et la posture seront à privilégier. Dans ce type de situation il faut se faire coacher par un éducateur canin afin d’apprendre à mieux gérer les situations et donc à mieux gérer ses propres émotions.


Alors faut-il ne rien dire ?


La réponse n’est ni oui, ni non ! Il est très sain pour la relation entre un chien et son maître de faire des promenades silencieuses qui permettent au chien de se concentrer sur sa dépense olfactive et ne pas être pollué par de multiples interactions. Idem à la maison, le chien à qui on fait des demandes de qualité plutôt que de quantité sera un chien plus posé et qui arrivera à mieux réaliser les demandes. Il est également essentiel de travailler les bases éducatives en silence et uniquement par la gestuelle pour s’assurer d’être bien compris par le chien et pour renforcer le focus avec le maître. Ne rien dire peut être fondamental chez les chiens qui en ressentent le besoin pour davantage évoluer et qui sont sensibles aux mots : le travail par le silence uniquement leur sera extrêmement bénéfique.


Pour conclure, trop parler à son chien est mauvais mais ne pas assez lui parler empêchera de le guider vers les bons comportements. Il est donc fondamental d’avoir une éducation basée sur une communication verbale qualitative et saine plutôt que quantitative et oppressante. Cela aura d’autant plus d’importance si le chien est très émotionnel (forte sensibilité ou hyper excitation par exemple). En revanche, ne jamais parler avec son chien empêche la connexion véritable et surtout est un frein à l’éducation structurelle qui est nécessaire pour le sécuriser face aux différents stimuli qui existent dans notre environnement et face auxquels il peut réagir.


Bien sûr chaque chien est unique et selon leurs comportements, les points évoqués aujourd’hui seront plus ou moins applicables selon la situation, selon leurs émotions et la relation avec le maitre. Chaque mot, chaque geste et le timing associé seront personnalisés selon le chien et selon les points à travailler que ce soit éducatif ou comportemental. En définitif, c’est l’humain qui permettra d’avoir de bons résultats car c’est d’abord le maitre qui doit apprendre à parler à son chien, mettre en place les gestes associés aux commandes et quand les appliquer, avec une bonne intonation et une émotion stable dans le but d’obtenir une belle connexion et de bons résultats éducatifs. Parler oui, trop non, mais jamais, pas bon !

 

Si vous avez besoin d'aide avec votre chien au niveau éducatif ou comportemental, n'hésitez pas à me contacter :


🚗 Secteur : Conflans Sainte Honorine & ses environs (vous pouvez contacter notre éducateur afin de connaître sa zone d’intervention).


Contact :


📞 0660525484

📱 Via Instagram & Facebook : @ocanibonheur

💻 Site internet : www.ocanibonheur.fr

Boutique (produits de soin et d'hygiène) : découvrir les produits


 À bientôt ! 😉🐕

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page